Pourquoi vous ne devez absolument pas voyager !

pourquoi-vous-ne-devez-absolument-pas-voyager-!

C’est bien connu ! Voyager n’est que synonyme de galères, d’inconfort et de perte de temps. En 9 points nous allons vous le démontrer. 


(A prendre au millième degrés et avec un grand sourire.) 


Parce qu’être en bonne santé est futile !


Après tout, nous ne sommes pas du tout stressés. De plus, le stress n’a aucun rapport avec les maladies cardiovasculaires, les troubles dépressifs ou les maladies neuro-dégénératives. 

Alors, une étude scientifique démontrant que le voyage permet de réduire le stress, ou qu’un environnement nouveau et des expériences inédites entretiennent les neurones, c’est inutile.  


Parce que l’humilité est un vilain défaut !


Si nous interrogeons des voyageurs partis en contrées lointaines, nous constatons une chose terrible : ils sont revenus plus humbles. Paraît-il qu’ils ont rencontré des personnes vivant de façon primaire, rude mais joyeuse et respectueuse. En expérimentant cela, ces globe-trotteurs ont prit du recul sur leur condition de vie et leurs problèmes personnels. 

Nous avons même eu vent que certains se seraient sentis minuscules et modestes face à la nature et aux œuvres des civilisations passées.

Ça glace le sang. 


Parce que l’ouverture d’esprit nous tue ! 


De nombreux individus sont décédés suite à une fracture de crâne causée par l’ouverture d’esprit. Parmi les symptômes :

découvrir et comprendre la différence

élargir sa vision du monde en s’éloignant de ses propres croyances

être confronté(e) à des conceptions hétéroclites qui stimulent l’intellect 

gagner en flexibilité cognitive 

Le voyage entraînant tous ces effets secondaires, abstenez-vous.


Parce qu’être créatif et débrouillard est agaçant !


Soupir. 

Que c’est énervant d’apprendre à se débrouiller seul(e), à réagir intelligemment et calmement aux imprévus, à s’adapter à l’absence de repères habituels, à faire preuve d’initiative. 


Parce que se centrer sur l’essentiel est une perte de temps !


D’après un proverbe tibétain « le voyage est un retour à l’essentiel ». Pourtant, c’est fantastique l’addiction aux biens matériels et les dépenses impulsives sensées nous consoler. 

Ne réalisez jamais que vous pouvez vivre avec bien moins que vous le pensez.


Parce que se découvrir soi-même est ennuyeux !


On ne va pas finir nos jours en compagnie de nous-même. Donc, ce n’est pas très grave de ne pas se connaître. C’est aussi lassant qu’un vieux théorème mathématique que d’apprendre :

comment nous réagissons aux situations nouvelles,

quelles sont nos capacités inexplorées, 

quelles sont nos passions silencieuses.


Parce qu’apprendre une autre langue est inutile !


Voici un autre cercle vicieux déclenché par le voyage : 

On voyage > on s’imprègne d’une nouvelle langue > on multiplie les opportunités professionnelles > on gagne sa vie > on repart voyager > on devient bilingue > on augmente ses capacités cognitives > on protège sa santé cérébrale > on vit plus longtemps > on peut faire plus de voyages. 


Parce qu’aimer davantage son chez-soi est désagréable !


Quelle horrible sensation... Celle de retrouver son lit douillet après avoir sauté d’hôtels en hôtels, celle de l’accueil chaleureux de ses proches dans le hall de l’aéroport, celle de réaliser les privilèges auxquels on a accès dans son pays. 

Rien que d’y penser, on a froid dans l’dos.


Parce qu’avoir confiance en soi est déplaisant !


Après tant d’apprentissages sur soi, sur le monde et sur les autres, on gagne en confiance en soi. Et tant de méfaits à ce sentiment...

mieux gérer les déceptions

être plus apte à saisir les opportunités

être mieux armé face à la critique

savoir davantage s’estimer 

être plus épanoui dans ses relations 

L’EN-FER ! 



A présent si nos arguments vous ont convaincus, nous ne verrez pas l’intérêt de découvrir nos voyages ici ou de lire cet article .  

Trèves de plaisanteries, vive le voyage !